La valeur socio-spatiale des résidences pour séniors

Berlin, 2018

Par Aurore ECAULT-BELLEC

Ce billet est issu d’une transcription orale (interventions, interviews). Il peut présenter des redites ou des raccourcis qui étaient nécessaires à la compréhension orale de la pensée.

Issue d’une formation à l’Institut de Géographie et d’Aménagement Régional de l’Université de Nantes (IGARUN), elle s’intéresse aux problématiques du vieillissement de la population et d’accessibilité des territoires. Elle a travaillé au sein de Mutualité Retraite au service des études et du développement. Elle a notamment élaboré des études de territoire préalable à l’implantation de nouvelles résidences pour personnes âgées avec le projet de services associé. Elle a ensuite participé au programme ANR PROFAM en tant qu’ingénieure d’études. Dans ce contexte elle a contribué à la conception et l’exploitation d’un protocole de traitement de données afin d’analyser  et caractériser les offres d’emploi du secteur de l’aide à domicile pour les personnes âgées en Loire Atlantique.  Depuis le 1er octobre 2020, elle débute un doctorat portant sur la qualification de l’environnement résidentiel et l’inclusion socio-spatiale des personnes handicapées au laboratoire UMR6590 CNRS ESO, avec une allocation de recherche par la Région Pays de la Loire et l’Université de Nantes.

J’ai rédigé un mémoire de master 2 sur l’habitat adapté pour personnes âgées en Loire-Atlantique. C’était en 2017 dans le cadre d’un stage de 6 mois à Mutualité Retraite, au service étude et développement. Mutualité Retraite est un gestionnaire d’établissements pour personnes âgées à l’échelle de la Loire-Atlantique.

En tant que géographe, j’interviens sur ce que peut être la valeur spatiale et la valeur sociale d’une résidence pour personnes âgées.

Habitat intermédiaire pour personnes âgées : la valeur socio-spatiale

La résidence pour personnes âgées n’est pas seulement un logement. C’est un ensemble résidentiel, composés de plusieurs logements avec des espaces communs dans un immeuble collectif. Mais surtout, avec un environnement de vie aux alentours, différents équipements : transports, mobiliers urbains, des commerces, activités de loisirs, services médicaux, etc. qui peut donner lieu à une évaluation de sa qualité.

Je me suis intéressée à l’habitat intermédiaire, sur deux projets spécifiques à Saint-Sébastien-sur-Loire et Saint-Herblain. L’habitat intermédiaire est à mi-chemin entre le logement traditionnel de la personne âgée et l’EHPAD. De plus en plus d’habitats intermédiaires se développent avec des formes diverses. Concernant la valeur sociale, on a ici un public cible : les personnes âgées aux revenus modeste. Le projet de service est le vecteur de lien social à l’intérieur de la résidence mais aussi sur l’extérieur, sur le territoire. Il existe également une valeur spatiale, avec une opportunité foncière, c’est-à-dire une disponibilité et un prix donné. Et on a une implantation sur le territoire. Dans les deux cas, nous sommes en milieu urbain, chacun avec ses spécificités. Enfin, on s’intéresse à la qualité de l’environnement résidentiel. Il s’agit d’un périmètre, généralement de 500 m, montré par de nombreuses études comme étant un périmètre maximal favorable pour les seniors, à l’intérieur duquel sont identifiées les offres de services.

Qualifier l'environnement résidentielEvaluer la qualité de l’environnement résidentiel, Aurore Ecault, 2015

L’ensemble de ces éléments détermine la valeur socio-spatiale d’une résidence pour personnes âgées. Si on prend l’exemple de Saint-Sébastien-sur-Loire, avec la résidence Iris qui a ouvert ses portes en début d’année, elle est située en face de l’hôtel de ville dans le bourg. Le public-cible est les personnes âgées aux revenus modestes, avec un bailleur social gestionnaire du parc locatif de cette résidence, et des locataires soumis à un plafond de revenus.

Les parties prenantes de la valeur socio-spatiale

Outre le bailleur social qui loue les logements, la commune de Saint-Sébastien, à l’initiative du projet est un copilote durant le suivi de dossier. Elle a identifié des besoins sur le territoire, elle s’assure de la bonne continuité du projet et de la prise en compte des besoins. On trouve donc une diversité d’acteurs qui vont œuvrer autour d’un public, ici les personnes âgées.

Toujours concernant la valeur sociale, on a un projet de service, géré par Mutualité retraite, avec une redevance service qui est plafonné à 200 euros pour être en adéquation avec le public-cible. Une gouvernante est présente 2.5 jours par semaine pour s’assurer du bon fonctionnement de la résidence. Elle intervient par exemple pour faire un goûter, proposer des activités, des jeux, et éventuellement un accompagnement pour des courses ou rendez-vous médicaux.

Sur la valeur spatiale, on a une offre de commerces et de services dans un rayon de 500 m, dans lequel j’ai identifié l’offre de commerces et services dans cinq domaines : médical et santé, les services commerciaux, les services culturels, les services administratifs et financiers et le domaine des transports. Cet état des lieux permet de savoir si un territoire est bien doté ou non d’équipements dans ce rayon de 500 m. Dans le cadre de Saint-Sébastien-sur-Loire, on a une offre conséquente de commerces et services, car la résidence est dans le centre du bourg, à 300 m des premiers commerces. C’est une implantation optimale en rapport avec les seniors. La valeur spatiale fait également référence à la qualification de l’environnement résidentiel, autrement dit la qualité des aménagements urbains. On identifie la qualité des cheminements, dans les 500 m, à travers l’étude d’un revêtement, d’une pente au sol, des trottoirs en bon état, d’un passage piéton, d’un éclairage. La qualité de ces cheminements renvoie à l’idée suivante : ces cheminements sont-ils facilitateurs ou au contraire des obstacles pour les personnes âgées. Dans cet exemple, aucun obstacle majeur n’a été identifié. En revanche, cet environnement urbain assez dense comprend de nombreuses intersections de rues, pouvant engendrer de l’insécurité pour la personne âgée.

Les composantes de la valeur socio-spatiale

Pour conclure, la valeur socio-spatiale telle qu’on vient de la voir s’articule autour de quatre éléments : l’offre de commerces et services, un type d’habitat, intermédiaire ici, une qualité de service et une qualité des aménagements ; le tout à destination d’un public, ici la personne âgée. En revanche, nous ne sommes pas sur un modèle-type. Ce modèle peut s’adapter à un autre public, par exemple celui des personnes en situation de handicap. On parle alors d’habitat inclusif.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search