Pourquoi un cycle de séminaires associant habitat, handicap et innovations sociales ?

Berlin, 2019

Par Béatrice CHAUDET

Ce billet est issu d’une transcription orale (interventions, interviews). Il peut présenter des redites ou des raccourcis qui étaient nécessaires à la compréhension orale de la pensée.

Des évolutions sociétales

La notion de handicap (d’un état à une situation) et la place de la personne en situation de handicap dans la société sont largement questionnées dans la société. Parallèlement, les personnes en situation de handicap et de leurs proches prennent la parole.

Des évolutions juridico-légales, politiques et institutionnelles

Loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapéesExtension de la notion de handicap et de sa définition
Loi du 28 décembre 2015 pour l’Adaptation de la Société au Vieillissement et l’article 20 proposant des dispositions qui facilitent le déploiement d’une offre de logement accompagnéeOuverture de nouveaux possibles dans le champ de l’habitat
2016 : Comité interministériel du handicap proposant de développer l’habitat inclusif en réponse à la demande des personnes handicapées de choisir leur lieu de vieL’habitat inclusif, troisième voie, comme alternative au maintien à domicile ou à l’institution
10 mai 2017 : création de l’observatoire de l’habitat inclusif avec la production d’un guide à l’intention des porteurs de projet d’habitat inclusif.Mise en œuvre d’une politique de l’habitat inclusif pour les personnes âgées et/ou handicapées
Loi du 23 novembre 2018, dite ELAN portant sur l’Evolution de l’aménagement et du numériqueL’habitat inclusif dans le droit commun, avec une offre de service partagée en adéquation avec des besoins de personnes âgées ou de personnes handicapées, adossé à environnement de vie adapté

In fine, une attention particulière est donnée à la notion de l’habitat : on va considérer les unités d’habitation, le cadre de vie, les habitudes de vie des habitants et notamment leurs pratiques spatiales. Ces évolutions s’appuient sur des constats selon lesquels les réponses aux besoins des personnes en situation de handicap en matière d’habitat (unités d’habitation, habitudes de vie et pratiques spatiales) seraient socialement et individuellement insatisfaisantes. Elles ont orienté les décisions collectives vers des approches telles que l’habitat inclusif.

Le propos de ce cycle de séminaires est d’interroger les fondements théoriques sous-jacents de ces orientations en les confrontant à des retours d’expériences de telle sorte que se développe une dynamique de recherche et de travail sur l’émergence et le déploiement des nouvelles formes d’habitat répondant aux évolutions des besoins des personnes en situation de handicap.

Qu’entend-on par interaction de la personne avec son environnement ?

Les approches retenues vont marquer l’interaction entre la personne et son environnement. Tout d’abord, un premier modèle peut éclairer cette question, le modèle écologique de développement humain, dont le principe est de dire qu’il y a la sphère de l’individu. Autour de lui, il y a d’autres sphères, le microsystème, mais plutôt le mésosystème, et enfin, le macrosystème : le développement de l’homme dans son milieu va être adossé à ce qu’il est, à l’environnement dans lequel il évolue, en fonction des politiques publiques à l’œuvre, etc. C’est un emboîtement de milieux qui permet le développement humain. Le processus de production du handicap, modèle proposé par Patrick Fougeyrollas, explique que nous ayons d’un côté des facteurs personnels, c’est-à-dire la personne, ce qu’elle est, son état de santé, ses capacités, et d’un autre côté, l’environnement. Et enfin l’interaction entre les deux.

Ces deux blocs (personne et environnement), quand ils interagissent, conduisent à deux situations possibles : la première, la personne est bien dans son environnement et peut avoir une participation sociale pleine et entière ; la seconde, l’interaction entre la personne et son environnement peut être délicate, difficile, de manière ponctuelle, ou de manière définitive. En tout cas, on parle à ce moment-là de situation de handicap. On retiendra finalement que nous sommes passés d’une vision plutôt médicale du handicap à une vision beaucoup plus anthropologique où les situations de handicap sont prises en compte. Considérer ces situations de handicap, c’est considérer l’interaction entre la personne et son environnement. Et, à travers ces éléments-là, que ce soit la question de l’habitat et de l’habité, en prenant en compte les modes de vie, puis la question du handicap, des situations de handicap, on comprend en quoi les projets d’habitat inclusif se sont développés sur le territoire.

Ces projets peuvent être portés par les collectivités locales, collectivités territoriales, elles peuvent aussi être portées par des associations, ou des fédérations d’association. On peut trouver des bailleurs, des promoteurs, des groupes d’acteurs individuels. Et il y en a bien d’autres à découvrir ; parfois, ce n’est pas un porteur, mais plusieurs porteurs.

Ensuite, le second élément qui nous a conduits à poser ce cycle de séminaires, est le travail mené autour de l’habitat inclusif : on ne peut pas produire de l’habitat inclusif en ne pensant qu’à la disponibilité de logements adaptés. Il faut penser ce type d’habitats, et cette coproduction (co-conception ?) comme relevant de plusieurs éléments, notamment de la participation des personnes cibles, ainsi que de l’interaction avec les habitants du quartier dans lequel le projet est susceptible de se déployer, en prenant en compte l’environnement et la qualité de cet environnement.

Tous ces éléments ont fait l’objet d’un premier diagnostic qui conduit à l’observation que c’est une véritable demande que de voir se développer ce type d’habitat, et qu’il y a un véritable besoin. Maintenant, l’idée, c’est d’aller au-delà de ce constat : il y a une vraie demande, un vrai besoin, comment faire en sorte d’accroître, comment faire en sorte que les personnes intéressées puissent participer aux projets ? En quoi ces projets, portés par un ou un collectif d’acteurs, ou encore portés intrinsèquement par leur dimension collective, participent-ils d’une innovation sociale ? Quelle est alors la place et le rôle des personnes cibles dans ces projets, à quel moment, en quoi et pourquoi y participent-elles ? Autant d’éléments qui seront explorés au long de ce cycle de séminaires ? Pour répondre à cela, on compte sur la participation des chercheurs présents, sur l’expertise des praticiens qui contribuent amplement aux échanges tout au long de ce cycle de séminaires. On compte sur votre participation à vous, votre expertise, vos témoignages, qui vont contribuer à enrichir les échanges que nous pourrons avoir tout au long de cette matinée et des autres matinées.

Un premier séminaire : « L’habitat de personnes handicapées : quelle valeur sociale ? »

Pour répondre à ces questionnements, la question traitée dans le premier séminaire est celle de la valeur sociale. Pourquoi démarrer par la valeur sociale ?

On veut faire le lien entre habitat, handicap, et innovation sociale. Donc, cela signifierait, que l’on fait l’hypothèse qu’il y a des besoins sociaux qui sont insuffisamment satisfaits en ce qui concerne l’habitat relatif à des personnes en situation de handicap. Dès lors, dans quelle mesure peut-on produire une valeur répondant mieux à ces besoins collectifs, ou y répondre autrement. D’où la question de départ : qu’est-ce que la valeur sociale ? Le principe de ce matin, dans une première partie, est d’apporter un éclairage théorique ; on va voir que les réponses peuvent être explicitées de différents points de vue. Une seconde partie sera consacrée aux praticiens, aux personnes qui ont expérimenté, ou veulent expérimenter, ou qui se sont trouvées face à des questions relatives au logement, de la part de personnes en situation de handicap : comment elles abordent-elles cette question de la valeur sociale ? L’idée est de confronter des apports théoriques qui peuvent être très différents, à des pratiques et des représentations qu’on peut avoir quand on conduit un projet.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search