La valeur sociale de l’habitat inclusif (2)

Par Jean-Luc Charlot

Ce billet est issu d’une transcription orale (interventions, interviews). Il peut présenter des redites ou des raccourcis qui étaient nécessaires à la compréhension orale de la pensée.

L’habitat inclusif : de la singularité des aspirations à la norme…

Ceci étant posé (le fameux d’ « où je parle »), avant d’interroger la valeur sociale de l’habitat inclusif, il me paraît nécessaire de préciser ce dont on parle quand on parle d’habitat inclusif.

Comme il a été souligné en introduction, il existe depuis, disons une quinzaine d’années un mouvement de production de formules d’habitat, extrêmement diverses dans leurs formes, et diverses quant aux situations de handicap et de vie concernées, et dont le point commun pourrait être une aspiration de ces personnes à vivre chez elles et dans la cité. L’accélération constatée de ce mouvement de création de formules d’habitat, au cours des cinq ou six dernières années a conduit à l’élaboration d’une politique publique dit de l’habitat inclusif. Le Comité Interministériel du Handicap de décembre 2016, en promulguant la « Démarche nationale en faveur de l’habitat inclusif pour les personnes handicapées » en a constitué le premier acte. Et l’article 129 de la loi ELAN, suivi d’un décret, d’un arrêté qui définit un cahier des charges, ainsi que d’un lancement d’un appel à projets par les Agences Régionales de Santé, pour financer un forfait pour la vie sociale et partagée, en constituent la première concrétisation législative et réglementaire.

Ce mouvement de production de formules d’habitat, issu d’initiatives d’acteurs aux statuts très divers, n’est pas exempt de controverses. Particulièrement en ce qui concerne la place que ces acteurs assignent ou proposent aux personnes en situation de handicap. L’avènement de cette catégorie d’action publique « habitat inclusif » n’a pas épuisé ce débat et ces controverses en termes de conception de la place des personnes en situation de handicap. Peut-être même que ce qui a été vécu par certains de ces promoteurs de ces solutions d’habitat comme une reconnaissance institutionnelle, a ajouté de la confusion à la confusion. Et ce, en instaurant l’avènement d’une catégorie d’action publique comme processus de normalisation d’initiatives qui étaient singulières, foisonnantes dans leur forme et dans les situations de handicap et de vie auxquelles elles pouvaient s’adresser.

Article suivant >>



Citer ce billet
Christine Lamberts (2021, 19 janvier). La valeur sociale de l’habitat inclusif (2). ESO-GRAPHI. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oitx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search