La valeur sociale dans l’économie sociale et solidaire (1)

Musée Louisiana, Copenhague, 2019

Par Pascal GLEMAIN

Ce billet est issu d’une transcription orale (interventions, interviews). Il peut présenter des redites ou des raccourcis qui étaient nécessaires à la compréhension orale de la pensée.

Le processus de chalandidation du social et de l’économie sociale et solidaire

Maître de Conférences (HC), habilité à diriger des recherches en Economie et en Sciences de Gestion-Management, Pascal Glémain est actuellement en poste à l’Université Rennes 2 où il dirige le Master ESS parours Finances Solidaires et Gestion des Entreprises Sociales (FIGES). Il est membre du LiRIS, et, membre du Conseil Scientifique International du CIRIEC. Professeur associé au CERMI-CEB à l’ULB-Université de Mons (Belgique) et au Businesss Science Institute (Luxembourg), il dirige depuis 2013 la collection économie, gestion et société des Presses Universitaires de Rennes. pascal.glemain[at]univ-rennes2.fr

Je vous propose, en introduction, de partir du processus de chalandisation du social. Michel Chauvière, dans son ouvrage « Trop de gestion tue le social », part du principe selon lequel les idées néolibérales, qui s’imposent à partir des années 70, progressent aujourd’hui dans le social. Ces idées ont eu des conséquences relativement importantes en termes de vision ou d’appréhension, d’interprétation que l’on peut avoir du social, quand on travaille en économie sociale et solidaire et que l’on regarde cela au prisme de la socio-économie, de la gestion, du management des organisations et du management public. La question que pose l’économie sociale et solidaire par rapport à cette question d’innovation sociale et à ces valeurs sociales et à leur production, c’est que, intrinsèquement, il n’y a pas lieu de réfléchir sur les valeurs sociales produites dans l’ESS car elles font partie de son ADN. Pendant de nombreuses années, depuis 1970 et même dans une histoire un petit peu plus ancienne sur laquelle on ne reviendra pas ici, dans la mesure où ça faisait partie de l’ADN même de l’économie sociale et solidaire, on n’avait pas besoin de s’interroger sur les valeurs sociales parce que c’était tellement naturel qu’on était à la fois promoteur, producteur de ces valeurs sociales, avec des déclinaisons plus ou moins variées telles que la production de bien social, la participation au développement d’actions sociales, ou d’innovations sociales dans le secteur sanitaire, social et médico-social en particulier. Donc, pendant longtemps, l’économie sociale et solidaire, tant qu’elle n’était pas bousculée par le social business, et par la marchandisation, est restée dans cette posture.

Aujourd’hui, effectivement, elle se réveille et s’interroge en questionnant l’ensemble des sciences humaines et sociales. Pour ne pas faire de manière exhaustive un agenda, une cartographie de l’ensemble des sciences humaines et sociales qui sont mobilisées, j’ai pris le prisme ici de regarder l’économie sociale et solidaire qui se retourne vers des approches sociologiques en disant qu’effectivement, les valeurs sociales sont des références intériorisées par les individus, et qui, généralement, sont reliées à des principes moraux, qui font qu’on a une certaine manière d’appréhender les outils financiers qui vont être mis au service de l’intérêt général, et de plus en plus, de l’utilité sociale sur laquelle on reviendra tout à l’heure, et qui a pris le pas sur l’intérêt général, l’intérêt commun, et qui est un outil aujourd’hui de lecture qui est institutionnalisé par la loi ESS du 31 juillet 2014, donc, qui substitue l’utilité sociale à l’intérêt général, et à l’intérêt collectif. On va voir les conséquences que ça a en termes d’approche.

Deuxième prisme, en gestion en particulier, il y a bien des questions de production de valeurs, d’architecture de la valeur, etc. Et en fait, la valeur est traduite en gestion dans l’équation de profit. Et l’équation de profit, c’est de traduire en termes financiers ; et si on fait cela, il faudra avoir une mesure monétaire, et donc, que l’on traduise la production d’innovation sociale à partir de cette monétarisation des outils et des impacts qu’on va avoir grâce aux innovations sociales que l’on va pouvoir produire, mettre en place. On se retrouve ici avec d’un côté une marchandisation du social qui répond bien, a priori, d’une approche de retour social sur investissement, car elle est de plus en plus entrepreneuriale et financière. Et d’un autre côté, une économie sociale et solidaire qui essaie d’avoir une posture de résistance et de résilience par rapport à des valeurs qui ne sont pas seulement sociales : une valeur sociale, c’est une valeur qui est économique, sociale et environnementale, alors que la valeur sociétale, elle, est économique, sociale et territoriale. On peut donc constater une grosse différence entre les deux, selon que l’on est dans l’approche en termes de social return on investment, ou bien dans l’approche d’une valeur ajoutée sociétale. Malgré cette différence de fond, on peut souligner une convergence entre les deux postures philosophiques : l’économie et le social.

Article suivant >>


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search