La valeur sociale dans l’économie sociale et solidaire (2)

Par Pascal GLEMAIN

Ce billet est issu d’une transcription orale (interventions, interviews). Il peut présenter des redites ou des raccourcis qui étaient nécessaires à la compréhension orale de la pensée.

Les outils de pilotage de la valeur sociale : SROI versus VAS

Je vous propose une synthèse de la littérature au sujet d’une approche plutôt philanthropique, qui est plutôt d’acculturation anglo-saxonne. L’idée centrale est que cela concerne l’individu, on individualise l’approche : ce n’est plus du commun, du collectif. Vous voyez bien le mouvement entre l’intérêt général et l’utilité sociale entre nous, et l’entrepreneur, c’est celui qui va être le catalyseur d’un réseau social. Cet entrepreneur social va construire, à partir de son leadership charismatique, une réponse à des besoins sociaux qui sont aujourd’hui ni satisfaits par le marché, et plus ou moins bien considérés par le secteur public.

Ce qui est assez paradoxal, c’est que cette innovation répond expressément à de nouveaux besoins sociaux, ou des besoins sociaux qui sont en gros sous la famille de la lutte contre les exclusions : le but, lutter contre les exclusions, la pauvreté. Le prix de la banque de Suède en mémoire d’Alfred Nobel, octroyé cette année, répond bien de cette problématique de lutte contre la pauvreté, et appartient d’un mouvement entrepreneurial au service des individus, qui sont « en situation de ». On voit le mouvement entre le handicap et la situation de handicap, et être en situation d’inégalité, enfin, être exclu, ou en situation d’exclu. Là aussi, on quitte l’intérêt général et on va de plus en plus vers l’utilité sociale que l’on va repréciser plus loin. Ce mouvement-là, anglo-saxon, je ne vais pas commenter jusqu’au bout cette matrice pour l’instant, repose sur l’approche du retour social sur investissement. Il a été initié par un mouvement de l’entreprenariat social mondialisé, Ashoka, né en Inde dans les années 80. L’idée était de dire, si on veut faire de l’innovation sociale, dans chacun et chacune des êtres humains qui vivent sur cette terre, un entrepreneur sommeille ; il suffit de le réveiller pour aboutir à des solutions qui vont participer à un état de bien-être meilleur.

Donc, se développe un mouvement français qui rejoint cette approche de Dayton, qui a créé le mouvement Ashoka, ayant pour objectif de diffuser cette figure de l’entreprenariat. En France, l’ESSEC s’approprie cette dynamique et va construire, au niveau national, cette vision du retour social sur investissement, et donc de l’entreprenariat, avec derrière un financement privé qui permet de développer, financer, les expérimentations d’innovation sociale. Ce mouvement conduit à mesurer l’impact en termes de retours financiers sur investissement, de retour social sur investissement, avec une perspective d’objectifs qui amène à avoir une certaine rationalité par rapport aux valeurs, au sens de Weber, c’est-à-dire une éthique de conviction qui conduit à organiser une production, un accompagnement de l’innovation, du processus d’innovation social en tant que tel.

Alors que le mouvement d’économie sociale et solidaire, où l’économie sociale est en faveur d’une démocratisation de l’économie de la société, aura une perspective collective. On retrouve là les fondamentaux de l’économie sociale et solidaire, visant à recréer un certain nombre de liens qui ont été rompus par la dynamique néolibérale des 40 dernières piteuses. Ceci nous amène à re-questionner le processus démocratique, les partenariats entre les acteurs publics et les acteurs de l’économie sociale et solidaire, et à reconsidérer l’innovation sociale par rapport à ces milieux en mobilisant la participation citoyenne des habitants.

D’un côté, cette approche du retour social sur investissement nous dit qu’il va falloir mettre en place un plan d’affaires pour pouvoir prouver que la valeur sociale est bien créée par l’entrepreneur social et par l’entreprise. Il va donc falloir la mesurer, développer pour cela un panel d’indicateurs d’impact pour pouvoir normaliser les situations. Ainsi, un certain nombre de situations de pauvreté et d’inégalité, de disqualification, doivent être normalisées à travers cette lecture du prisme d’un rapport coût/bénéfice d’une action sociale mise en place. Par exemple, on a un rapport de 3 à 1, souvent avancé par l’ESSEC, qui nous dit que derrière un euro investi dans une entreprise sociale, trois euros de valeur sociale est produite. C’est un résultat, on peut s’interroger sur les effets positifs ou négatifs qu’il y a eu, notamment sur les autres environnements qui parfois, peuvent nous questionner au niveau de l’économie sociale et solidaire. Néanmoins, dans ce processus, il faut répondre à un appel d’offres. Il faut donc mettre en place une gestion de contrats. On quitte ici le partenariat qu’il pouvait y avoir avant entre les acteurs de l’économie sociale et solidaire, les collectivités territoriales, etc., pour aller vers une logique d’appel d’offres et de technicité.

Article suivant >>


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search