La valeur sociale dans l’économie sociale et solidaire (4)

Par Pascal GLEMAIN

Ce billet est issu d’une transcription orale (interventions, interviews). Il peut présenter des redites ou des raccourcis qui étaient nécessaires à la compréhension orale de la pensée.

Une lecture des problématiques de l’habitat et du handicap

Pour l’habitat inclusif, si on prend comme mesure un Retour Social sur Investissement, il faudrait le considérer à l’aune de la réduction d’un écart par rapport à une norme d’intégration sociale. Il faudrait construire un indicateur : celui de l’accessibilité au service du logement pour personne déficiente. Donc, de compter le nombre de personnes qui répondent, par rapport à une organisation, à cet indicateur… Par exemple, l’organisation dit qu’elle allait, par ce biais de l’habitat inclusif, inclure 40 personnes en situation de handicap. Donc, s’il y a les 40 personnes qui sont bien handicapées, alors l’impact social est réalisé, on va pouvoir verser les subventions pour rembourser les fonds. Si on fait mieux, il y aura une prime. Si on fait moins bien, il y aura une pénalité en termes d’objectif.

Vous comprenez que c’est une façon d’envisager les choses. Sauf que nous, on se rapproche quand même d’une approche, celle de Huysmans, qui a travaillé sur des personnes en situation de handicap. Ce qui est intéressant pour nous, c’est qu’effectivement le handicap est considéré selon différents environnements comme le disait Béatrice en introduction. Il y a donc a une interaction stratégique à prendre en considération entre les individus et l’environnement autour d’eux. Cela va rejoindre l’ambition sociétale traduite d’un autre côté (ce n’est pas une injonction à acquérir de l’autonomie) : comment prend-on en compte l’ensemble des environnements de l’individu, en considérant les capacités sociétales de la personne, l’individu lui-même, mais dans son environnement proche ?

Ce qui va nous intéresser, c’est le vivre, le mieux vivre ensemble, ou le vivre mieux ensemble au sens du convivialisme, qui est aussi utilisé ou défendu par l’économie sociale et solidaire. Cela nous amène, pour conclure, à regarder les travers auxquels l’économie sociale et solidaire a pu être confrontée, et auxquels elle est encore confrontée aujourd’hui.

Aujourd’hui, on invite les organisations de l’économie sociale et solidaire à suivre le guide des conditions d’évolution des bonnes pratiques en 2014 pour que les organisations d’ESS normalisent leur stratégie et leur comportement, y compris dans des enjeux d’inclusion et d’inclusif. Il s’agit d’essayer de faire que tout le monde se comporte plus ou moins de la même manière avec une mesure de l’utilité sociale et de l’impact social qu’auront ces organisations en tant que telles.

Cela nous interroge beaucoup par rapport à notre approche de la valeur ajoutée sociétale, dans la mesure où cette normalisation en cours. On en discute beaucoup avec la Chambre régionale d’économie sociale et solidaire des Pays de la Loire et avec l’observatoire, qui a tendance à aller vers ça. Avec un autre collègue, on intervient beaucoup dans le conseil scientifique pour montrer les enjeux de cette posture et les conséquences qu’elle pourrait aussi avoir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search