La valeur sociale d’un projet d’habitat et d’accompagnement à l’Etape (1)

Courette Berlin, 2018

Par Véronique LAMBERT

Ce billet est issu d’une transcription orale (interventions, interviews). Il peut présenter des redites ou des raccourcis qui étaient nécessaires à la compréhension orale de la pensée.

L’histoire de Marie

Je suis directrice de l’association L’Etape, qui gère des activités dans le champ du handicap, de l’insertion sociale et de la protection de l’enfance. Association créée par des visiteurs de prisons en 1958, elle est présente principalement sur l’agglomération nantaise.

Le rôle de la norme

Je souhaite revenir sur les propos de Monsieur Charlot, concernant la lutte contre la norme. Nous sommes en effet en train de développer un projet d’habitat inclusif, sensé s’adapter aux besoins des habitants, et pour lequel le financeur nous cantonne néanmoins au respect de règles uniformes sous réserve de ne pas obtenir le financement nécessaire à l’animation du collectif.

Entendre les personnes et leurs besoins, s’adapter, et organiser l’habitat de manière à laisser le choix à la personne d’un mode de vie qui lui convient, est très difficile à faire valoir lorsqu’on a besoin de moyens pour mettre en place les projets. C’est toujours bien sur le papier, c’est toujours bien dans nos réflexions d’équipe. Une fois qu’il s’agit de les concrétiser, cela devient beaucoup plus complexe à défendre. C’est bien qu’on se le redise régulièrement, je pense.

Mon modeste témoignage s’appuie beaucoup là-dessus car j’ai décidé, non pas de vous dire ce qu’est la valeur sociale d’un projet d’habitat, mais de vous parler de Marie. J’ai échangé avec l’équipe du centre d’habitat : nous travaillons beaucoup avec des personnes en situation de handicap psychique, sur des projets qui vont souvent être un petit peu à la marge, qui s’adaptent à leurs besoins. En échangeant de la valeur sociale de l’habitat avec l’équipe, nous sommes naturellement arrivés à aborder la situation d’une personne accompagnée.

La rupture du lien social versus « continuité des parcours » : une approche par la situation et par la transversalité des acteurs

Il nous a semblé que la situation de Marie était une bonne clé d’entrée. C’est une femme de 42 ans, qui ne s’appelle pas Marie, évidemment, qui a été admise au SAMSAH en 2014, service d’accompagnement social pour adultes en situation de handicap. C’est un service particulièrement adaptable : on peut démarrer un accompagnement sans orientation, chose extraordinaire dans le champ du handicap ! On peut s’adapter aux besoins de la personne, le psychiatre peut aller monter des meubles, l’éducateur faire un accompagnement aux soins. C’est une équipe pluridisciplinaire qui s’adapte aux besoins des personnes. Il y a la question de la rupture du lien, du soin, liée à l’habitat, au travail. Marie a une fille qui a aujourd’hui 15 ans. A la naissance de sa fille, elle a vécu un effondrement dépressif. Sa fille a été rapidement placée. Et suite à cela, elle est partie en postcure psychiatrique, et après quelques mois de visites médiatisées qui ont tenu vaille que vaille, au moment du décès de sa propre mère, Marie a perdu le contact avec sa fille, elle n’a pas réussi à tenir les rencontres, elle s’est isolée de sa fille, de son ex-conjoint également. Le seul proche avec qui elle est restée en lien était son père, avec qui elle avait une relation fusionnelle, elle avait besoin de lui pour se rassurer. Elle a été accueillie dans une résidence accueil, mais elle a été exclue car elle ne pouvait pas faire autrement que d’héberger son père dans cette résidence, ce qui ne passait pas. Elle est expulsée, elle vit avec son père, puis habite à l’hôtel social, elle n’arrive pas à vivre seule, son père la rejoint, ils vivent pendant des années dans une chambre à deux, dans une grande précarité. Pendant cette période, Marie a de longues hospitalisations à la demande d’un tiers, elle fait des allers-retours. Elle est quand même en lien avec l’UDAF, qui exerce la mesure de protection, et qui, à ce moment-là, se saisit de l’opportunité de l’ouverture du SAMSAH pour Marie. Elle est l’une des premières personnes que le SAMSAH accueille à son ouverture en 2014. Là, c’est un long travail de tissage de liens, de réassurance, de travail sur l’estime d’elle-même, qui, petit à petit, permet à Marie d’entrer en confiance avec une équipe, ce qui était une vraie difficulté pour elle. Et petit à petit, l’équipe du SAMSAH travaille avec Marie ses besoins ; de quoi elle a besoin, elle, dans l’habitat, après toutes ces années de précarité et d’isolement. C’est le dispositif famille gouvernante qui apparaît comme une solution adéquate.

Cette période d’accompagnement par le SAMSAH et d’intégration dans le dispositif famille gouvernante a été concomitante de reprise de lien de Marie avec sa fille.

Les effets d’une approche systémique de la situation

On a vu un cercle vertueux : pour reprendre le lien avec sa fille, elle avait besoin d’être dans un habitat digne et d’être dans un habitat qui lui permettait de tenir, d’accueillir sa fille, d’avoir une image d’elle-même positive. Et cela a permis une reprise de contact avec sa fille. Elle a repris de la distance avec son père, qui lui, a pu retrouver une vie sociale abandonnée ces dernières années au profit de sa fille. Et donc, reconstruire également de son côté.

La prise en compte des problématiques somatiques de Marie était noyée derrière les problématiques psychiques. Tout le monde lui disait que tout était dans sa tête, mais il y avait beaucoup de choses dans son corps. Et la prise en compte de ces problématiques lui a permis de renforcer une image positive vis-à-vis d’elle-même, d’avoir envie de reprendre soin d’elle, de se réalimenter correctement. Et l’habitat partagé, du coup, a renforcé cette dynamique en réinstaurant du lien aux autres et une participation à une vie collective. Alors, évidemment, tout ça reste fragile. Les périodes d’angoisse, de retour à la fusion avec son père, de ré-hospitalisation existent encore, mais l’évolution pendant les cinq dernières années de Marie saute aux yeux.

Article suivant >>

.



Citer ce billet
Christine Lamberts (2021, 18 janvier). La valeur sociale d’un projet d’habitat et d’accompagnement à l’Etape (1). ESO-GRAPHI. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oitu

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search