La valeur sociale d’un projet d’habitat et d’accompagnement à l’Etape (2)

Par Véronique LAMBERT

Ce billet est issu d’une transcription orale (interventions, interviews). Il peut présenter des redites ou des raccourcis qui étaient nécessaires à la compréhension orale de la pensée.

Marie et la valeur sociale de l’habitat

Comment évalue-t-on la valeur sociale de l’habitat dans cette situation ?

La première réponse qui est venue lors de nos échanges en équipe, est que la valeur sociale de l’habitat a été de redonner de la dignité à cette personne. On va être totalement centré sur l’individu, sur le niveau 1 que vous nommiez tout à l’heure, celui de l’utilité sociale. C’est pour nous clairement, dans ce qui nous guide, la première clé d’entrée de l’évaluation de la valeur sociale de nos projets. Elle est constituée par le fait d’accorder une place, un droit, qui ouvre l’accès à d’autres droits fondamentaux. Il s’agit de réhabiliter la personne dans sa place citoyenne, de permettre un renforcement du lien social avec le support de l’habitat. L’habitat partagé permet de travailler les questions du compromis, de la relation à l’autre. On est vraiment dans cette dimension.

Et dans cette situation, on observe que la valeur sociale de l’habitat va au-delà de l’apport à la personne elle-même. Il s’agit là de son père, de sa fille, car avoir un habitat plus décent a permis à Marie de rejouer un rôle de mère, car elle peut aussi reprendre soin d’elle. C’est aussi l’entourage proche, des voisins, qui fréquentent Marie au quotidien, qui peuvent revenir en relation de manière beaucoup plus agréable, tout simplement. Et la société, qui, par ce biais, rétablit une compensation à la perte de chance liée au handicap. Et permet, comme l’a nommé Jean-Luc Charlot, de respecter la loi.

Est-ce qu’on peut considérer que c’est une valeur sociale de respecter la loi ? Je ne sais pas, mais en tout cas, c’est une perte de valeur sociale de ne pas la respecter. En ce sens, je dirais que ça en fait partie.

Alors, évidemment, la valeur sociale est économique. On le voit de plus en plus. L’Etape fait partie du groupement qui a monté sur Nantes le Chez soi d’abord dans l’accès au logement direct. Le Chez soi d’abord fait partie des projets qui ont travaillé ces dimensions : valoriser, y compris d’un point de vue économique, par une modélisation, avec une étude sur quatre villes de France, les effets du projet. On le voit de plus en plus, la valeur économique qui passe par la baisse du recours à l’hospitalisation, et au recours aux structures d’urgence sociale notamment. Ou la plus-value économique qui va être apportée par l’accès à l’emploi pour la personne, par le biais de l’habitat. Et donc, par une baisse des aides due à ce rétablissement du pouvoir d’achat de la personne.

Une approche ontologique de la valeur sociale versus valeur économique

Nous n’utilisons pas du tout cette notion en interne. C’était la question aussi que vous m’aviez posée. Ce n’est pas notre culture : nos équipes considèrent que c’est intrinsèque à notre mission.

La valeur sociale, comme vous l’avez nommée tout à l’heure, est implicite. Nous sommes souvent très centrés, quand on travaille de nouveaux projets, sur ce que le projet va apporter à la personne, comment elle sera mieux dans sa vie avec l’habitat et l’accompagnement qu’on lui proposera. Car ce qu’on peut voir dans la situation de Marie, c’est que ça marche car il y a de l’accompagnement poursuivi, on a évité la rupture de lien. L’habitat seul ne servait à rien, Marie repartait dans une situation de précarité.

Ce qui permet la valeur sociale, c’est aussi qu’on travaille sur le fait d’éviter de la rupture de lien, on met de la souplesse dans les dispositifs, du partenariat, du travail ensemble, sur les besoins de la personne, et pas seulement des dispositifs, des cases dans lesquels les dispositifs sont rentrés. On s’en sert dans nos liens avec les financeurs, certains plus que d’autres, qui seront plus attentifs à ces questions ; avec les bailleurs qui ont besoin également de voir comment on va pouvoir leur garantir que ce sera plutôt une plus-value d’avoir de l’habitat inclusif dans leurs logements qu’un poids. Avec les partenaires de proximité, les municipalités, on doit se battre pour faire valoir les droits des personnes handicapées dans certaines communes, où l’habitat inclusif n’est pas une évidence.

De la valeur sociale à l’impact social

On parle là de la plus-value sociale. C’est plutôt un vocabulaire qu’on utilise avec nos partenaires extérieurs. Maintenant, on est extrêmement prudents sur cette dimension d’impact social.

Il me semble que l’atteinte d’un niveau d’impact social ne peut pas constituer l’objectif premier d’un projet. Le plus gros écueil de fixer l’impact social comme objectif, est qu’il s’oppose au principe de non-discrimination et à la notion d’inconditionnalité : comment mieux atteindre un objectif qu’en faisant du tri à l’entrée ? On ne peut pas nier ça. Les contraintes qui visent à pérenniser un projet à partir de la vérification d’atteintes d’objectifs chiffrables, ne correspondent pas aux valeurs que nous portons dans l’association.



Citer ce billet
Christine Lamberts (2021, 18 janvier). La valeur sociale d’un projet d’habitat et d’accompagnement à l’Etape (2). ESO-GRAPHI. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oitt

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search